Qui suis-je ?
Contacts
Page précédente

 

 

 

 

Modélisation symbolique


Universalité de l'espace

Lorsque nous voyons quelque chose, nous le voyons quelque part, lorsque nous entendons un son il vient de quelque part et lorsque nous touchons quelque chose, nous le sentons quelque part. De façon identique, lorsque nous créons une image dans notre esprit, nous la voyons quelque part, lorsque nous entendons un son intérieur, nous l'entendons venir de quelque part et lorsque nous ressentons un sentiment intérieur, nous le ressentons quelque part.

Il y a quelques métaphores dont nous ne pouvons tout simplement pas nous passer, et l'espace en est une. Les métaphores de l'espace sont partout :

Un sens de l'orientation C'est en bas de la pente
Où va ma carrière ? Le moral dans les chaussettes (cafard)
Avancer Au fond du trou (désespoir)
C'est sur la pente ascendante Nous sommes coincés
Un pas à la fois Je ne vais nulle part
Le chemin de vie Comment nous sortir de ce pétrin ?
Continuer Les montagnes russes de la vie
La voie qui s'ouvre Passer le cap
Monter au sommet L'échéance approche
Sur les rails Détourner
Un tournant Tourner en rond
L'inflation se stabilise Mettre le passé derrière moi

L'espace est tellement fondamental pour notre perception que la localisation ne devrait-elle pas être considérée comme une caractéristique (sous-modalité) de nos systèmes sensoriels.

Le point de vue de Stephen Pinker selon lequel la métaphore de l'espace serait « le support même de la pensée » pourrait être plus approprié.
Il tire cette conclusion parce que la localisation dans l'espace est l'une des deux métaphores fondamentales du langage, utilisée pour des centaines de significations… De nombreux scientifiques travaillant sur la cognition ont conclu de leur recherche sur le langage qu'une poignée de concepts relatifs aux lieux, voies, déplacements … sous-tendent le sens littéral ou figuratif de dizaines de milliers de mots et d'expressions.

Clean Space utilise pleinement la découverte selon laquelle l'espace est le support ou contexte de la pensée elle-même.

Une méthode d'un genre nouveau

La philosophie qui sous-tend Clean Space est tirée des derniers développements de la théorie des systèmes auto-organisés. L'ouvrage gigantesque de Stephen Wolfram (1200 pages) « A new kind of science » décrit la manière dont il a utilisé des programmes simples (automates cellulaires) comme métaphores des systèmes physiques et biologiques. Après 20 ans de recherches, ses conclusions sont aussi simples que ses programmes, et aussi profondes dans leurs implications que le comportement complexe que ces programmes provoquent :

    1. Des règles très simples peuvent provoquer des comportements indéfiniment complexes.

    2. Le comportement émergent ne peut pas être prédit à partir de ces règles. Le seul moyen de savoir ce qui va se passer est de mettre le programme en marche et d'observer le résultat (la vie peut être considérée comme un programme en marche depuis 3 milliards d'années).

    3. Les intuitions traditionnelles sur la manière dont les systèmes fonctionnent sont contre-productives lorsqu'on modélise des systèmes complexes. Il faut donc un autre type d'intuition fondé sur l'observation et l'analyse de nombreux exemples de comportement complexe émergeant de simples interactions (on appelle cela la « modélisation à partir de la base »).

Conception
Brigitte Ratel
Logos
Jean Paul Rossetti
Annick Maupilé - Accompagnement Conseil Professionnel - Grenoble - Isère
Téléphone : 06 20 89 12 59
Email : Contact@acp-maupile.fr - Web : www.acp-maupile.fr